266- un souffle intérieur

Aggiornato il: set 28


Une envie d'air! Je veux élargir les passages entre les éléments. Le courant doit circuler, je veux du vent, du vide, embrasser du vide dans un tourbillon. Avant je retirais le moins de matière possible, à peine le strict nécessaire pour arriver à séparer les éléments, fidèle au principe que la nature a "horreur du vide".

Seulement maintenant, la physique moderne nous enseigne que la matière ne représente qu’une infime partie de l’univers et que le vide n’est plus vide mais habité de champs électriques, magnétiques et gravitationnels.

Je limite donc les contacts entre les éléments pour donner de l’importance au vide, un vide vibrant des forces en jeu pour stabiliser les relations : l’attraction, la pesanteur, les tensions positives et négatives des soutiens et des appuis… donner aussi l’illusion d’une gravitation…

cedre du liban Ø 17 x h 35. cm.

J’imagine ces éléments poussés et déformés par un souffle intérieur qui les courbe au passage. Cette déstabilisation les rendra individuellement démunis. Aucun élément ne pourra plus tenir seul debout…

Il leur faudra donc se penser comme une collectivité pour pouvoir s’ouvrir davantage en s’accrochant l’un à l’autre.

J’ai passé des heures, oui !... à créer entre eux les liens nécessaires. Certains me disent : - quelle patience ! Erreur, la patience est nécessaire quand on attend mais je n’attends pas ! je me concentre pour agencer, prévoir, corriger… dit-on d’un enfant qu’il a de la patience quand il s’invente des aventures imaginaire ? Non. Je ne sais plus qui a dit qu’un artiste est une personne qui n’a jamais cessé de jouer pour comprendre le réel.

39 visualizzazioni
  • LinkedIn Social Icon